vendredi 7 septembre 2018

Rêverie calendaire #366








Le 7 septembre meurt Tristan L’Hermite, qui écrivit dans son sonnet À des cimetières
Vous donnez de la crainte et de l’horreur à tous 
Mais le plus doux objet qui s’offre à ma pensée 
Est beaucoup plus funeste et plus triste que vous, et naît Tristan Bernard ; en 2013, deux ans après qu’une équipe de hockey sur glace russe avait trouvé la mort, à domicile, dans le crash de son avion au décollage, c’est depuis la Virginie qu’une fusée Minotaur projeta vers la lune une sonde, dont la mission devait durer cent jours, afin d’en survoler d’assez près la surface et d’en étudier,
en suspension dans son atmosphère,
la poussière. 




Ici s’achèvent les rêveries calendaires
(2017-2018)





2 commentaires:

  1. "Ici s’achèvent les rêveries calendaires"...

    Et s'achève mon dernier réveil, je veux dire mon dernier p'tit dèj illuminé par ces rêveries qui furent pour moi des découvertes. Attentive à vos mots et leur illustration épatante. MERCI pour ce "travail" fabuleux.



    RépondreSupprimer
  2. J'ai apprécié la façon dont le fil de ces rêveries, qui semblait au début vouloir partir dans tous les sens, a fini par s'enrouler en une pelote qui ressemblait à une lune au-dessus d'une mer de nuages.

    RépondreSupprimer