lundi 13 juin 2016

Somewhere over the sorrow




Rassemblement sur la Canebière, tout à l'heure, près du kiosque à musique, en hommage aux victimes d'Orlando. Deux cents personnes à tout casser. Un seul pédé de ma connaissance (un Arabe). Une minute de silence est respectée, puis nous marchons vers le Vieux Port, sagement, sur le trottoir. Une phalange de gouines énervées, au cri de "La rue est à nous !", convainc la petite foule d'investir le boulevard. Nous gênons dans sa progression une voiture occupée par cinq types (des Arabes), l'un d'eux nous crache dessus, un autre s'exclame "Vive Daesch !", se voit en retour assez comiquement traité d'enculé, la police qui encadre la manifestation les laisse partir comme si de rien n'était. Des badauds nous regardent passer, au mieux indifférents. Comme nous arrivons sur le quai, quelques gouttes se mettent à tomber. Le ciel est mi bleu mi nuageux, superbe, un fort vent souffle, j'espère un arc-en-ciel (en vain). La petite troupe, qui bien vite se clairsème, se réfugie sous le miroir de l'ombrière. Un groupe de filles pousse la chansonnette, l'une d'elles porte une pancarte qui proclame : "11 septembre, révélations du FBI : les tours jumelles étaient lesbiennes". Un garçon allume une torche. Des mouettes orangées font leur ronde. Nous ne sommes bientôt qu'une vingtaine. J'ai froid. Nous rentrons, pas très gais.






Aucun commentaire: