jeudi 7 novembre 2019

En librairie





"Didier da Silva n'est pas embarrassé", écrit Jean Echenoz dans sa préface, "il trouve ses mots". Ce qui met une certaine pression. Mais que dire sinon que paraît aujourd'hui DANS LA NUIT DU 4 AU 15, que son écriture a été joyeuse de bout en bout, et que j'espère cette joie contagieuse ? D'autant que Quidam en a fait un superbe objet, qui égaiera aussi tout type de tables de chevet : sa joie s'étend jusqu'à l'inanimé. Le 7 novembre est une belle journée.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire