mercredi 30 mars 2011

Mon âme immortelle




[Paris, le 26 mars 1854] 
Concert à Sainte-Cécile. Je n'ai prêté d'attention qu'à la Symphonie héroïque. J'ai trouvé la première partie admirable. L'andante est ce que Beethoven a peut-être fait de plus tragique et de plus sublime, jusqu'à la moitié seulement. Ensuite [...] la chaleur qu'il faisait, ou une brioche que j'avais mangée avant de venir, ont paralysé mon âme immortelle, et j'ai dormi tout le temps. 

Eugène Delacroix, Journal



Aucun commentaire: