lundi 3 novembre 2014

Viser l'inscape




Igor Ballereau, Inscapes pour voix, 2 violons et 2 percussions (2006)
Words by Gerard Manley Hopkins from his note-books and journal (1864–1866)
II. [Distance / Dappled with diminish'd trees / Spann'd with shadow everyone.]



Cette rupture avec l'usage dans l'emploi de la plupart des éléments de style, ces bizarreries formelles répétées, requièrent sinon une justification — les poèmes s'en chargent bien ! —, mais une explication. Hopkins nous la fournit dans cette phrase d'une lettre à Robert Bridges : "Comme l'air, la mélodie est ce qui me frappe surtout en musique, et le dessin en peinture ; ainsi le dessin, le motif ou ce que j'ai coutume d'appeler l'inscape est ce à quoi je vise par-dessus tout en poésie." Qu'est-ce donc que cet inscape que nous laissons ici en anglais, ou plutôt en langage hopkinsien ? 
Le sens du suffixe scape apparaît dans le composé landscape (paysage). Un scape de land, c'est une unité visible de pays saisie individuellement et qui garde les caractéristiques essentielles de l'ensemble du pays. L'inscape d'un objet, d'un être, ce sera donc, sinon à proprement parler une unité de l'essence de l'objet, de l'être, du moins un composé unifié des qualités sensibles qui reflètent et permettent dans cette mesure même de pénétrer cette essence. Quant à traduire cela par un mot unique aussi organique et, en dépit de sa nouveauté, de consonance aussi familière, il n'y faut pas songer. 

[extrait de la Préface du traducteur (Pierre Leyris)
in G. M. Hopkins, Poèmes accompagnés de proses et de dessins, Seuil, 1980]



2 commentaires:

Igor a dit…

Tu donnes envie d'un immense film sur la (courte) vie d'Hopkins, qui ne serait que promenade et pénétration parmi les choses. Ce qui frappe, avec un croyant de sa trempe, c'est à quel point, et sous l'impulsion d'y retrouver Dieu, il étreint avec le langage la matière et le mouvement de ce qui se présente à lui. Ses nuages, ses vagues, sa mousse des bois... à quel point ils sont physiquement concrets.

Ambre a dit…

Que dire sans avoir l'air complètement idiote après ce texte et le commentaire : je trouve ce ciel (vidéo) avec ces "sons" absolument géniaux (mais je suis incapable de dire pourquoi).