mercredi 20 septembre 2017

Rêverie calendaire #14




Lapu-Lapu, héros philippin.


Le 20 septembre est lié à de grandes premières et quand nous disons grandes nous n’exagérons pas, c’est tout à fait le dessus du panier : par exemple, en 1519, la caraque de Magellan quitte l’embouchure du Guadalquivir pour accomplir le premier tour du monde (la caraque, pas Fernand, lequel étourdiment fonce vers une flèche qu’un sauvage de l’île de Mactan décochera, dix-sept mois plus tard, sur l’ordre du roi Kalipulako, ou Lapu-Lapu (elle était enduite de poison)) ; en 1778, Фаддей Фаддеевич Беллинсгаузен naît, un amiral de la flotte russe plus connu, mais à peine, sous le nom de Fabian Gottlieb von Bellingshausen (certes il n’y met pas du sien), son expédition fut pourtant la première, en 1820, à pénétrer les terres du pôle sud ; en l’an 2000, meurt Герман Степанович Титов, c'est-à-dire Guerman Stepanovitch Titov (ce qui se retient déjà plus facilement), un jeune et beau pilote de l’armée de l’air soviétique qui eut continuellement envie de vomir pendant les vingt-quatre heures que durèrent ses dix-sept orbites autour de la Terre à bord du Vostok 2, en août 61, il avait alors vingt-six ans — et qui cependant, entre deux renvois, fit les premières photos qu’on fit jamais du globe depuis l’espace, il pouvait se payer le luxe de les rater un peu (Titov est encore à ce jour le benjamin des cosmonautes, tous des vieillards en comparaison). 

On fête aussi, si on veut, l’anniversaire de PPDA. Ou de Sabine Azéma, c’est mieux. On se souvient surtout du dernier soupir de Jean Sibelius, à Järvenpää, au nord du lac de Tuusula.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire