jeudi 14 septembre 2017

Rêverie calendaire #8






Louis-Joseph de Montcalm-Gozon, lieutenant-général des armées, mourut lors du siège de Québec, pendant la guerre de Sept Ans, un 14 septembre au petit matin, or il est l’un des héros de The Last of the Mohicans, succès mondial dont l’heureux auteur, James Fenimore Cooper, devait mourir un 14 septembre, à la veille de son propre anniversaire (de sorte que, si le dernier des Mohicans est mort aujourd’hui, il naît demain). 

En 1984, furent perçus les derniers signes de vie de Richard Brautigan, qu’on surnomma « le dernier des Beats » à la suite du très grand succès de son recueil La pêche à la truite en Amérique, mais dont on ne découvrit le cadavre que le 25 octobre suivant, dans sa maison de Bolinas (hantée, dit-on, par le fantôme d’une servante chinoise qui s’y était donné la mort), six semaines donc après que l’unique balle de son Smith & Wesson calibre 44 avait quitté son logement pour une brève promenade et une intéressante destination : la tête du poète, écartant pour ce faire les vapeurs de l’alcool. 

Deux ans plus tôt, en 1982, Grace Kelly ne survivait pas à l’accident survenu la veille, sur la route de la Turbie, l’un des décors trente ans plus tôt de La main au collet (To Catch a Thief) d’Alfred Hitchcock, à quinze kilomètres de Nice où, le 14 septembre 1927, le foulard de soie d’Isadora Duncan se prenait dans la roue du destin et d’une automobile, déjà. 

Les autres personnalités (Jacques Martin, Patrick Swayze idem) rattrapées par la mort ce jour-là sont peu de chose et se noient dans l’ombre du Dante, terrassé à Ravenne par la malaria six siècles et demi auparavant ; il avait écrit, par exemple, au chant XXIV du Purgatoire

…et les ombres, qui semblaient deux fois mortes, 
par les fosses des yeux tiraient de la stupeur 
de moi, en s’apercevant que j’étais vivant




 







(Cherubini, qui s'était fait une spécialité des déplorations et des requiems, est mort un 14 septembre)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire