samedi 7 mars 2015

Moyen terme





Roxane, insulaire et têtue, prenait comme unique sujet de ses tableaux un alezan du voisinage. Elle refusait définitivement de se poser la question Que peindre ?, question centrale pour beaucoup de peintres d’un bout à l’autre du 20e siècle, qui, s’interrogeant sur leur pratique, regardaient par la fenêtre la beauté du dehors, puis regardaient dans la maison la beauté du dedans, et hésitaient : dehors, dedans, dehors, dedans, dehors, et finissaient parfois par peindre la fenêtre. 


Emmanuelle Pireyre, Féerie générale (2012), p. 17


6 commentaires:

PhA a dit…

J'aime beaucoup.

Legros JC a dit…

Moi aussi

X a dit…

Et soudain, je pense à Ilok...

Legros JC a dit…

Le belge cheval de Gustav... précisons-le!

Didier da Silva a dit…

Mazette ! Nous pourrons bientôt fonder une société des lecteurs de Jahnn.

Didier da Silva a dit…

C'est formidable.