mercredi 4 juillet 2018

Rêverie calendaire #301








C’est une journée d’été parfaite sur un bras de la Tamise, trois petites filles suspendues à ses lèvres, il n'a même pas besoin de ramer, un trou invisible dans la pleine lumière où l’on ne se retient pas de tomber, la caresse intermittente de l’ombre, quand des feuillages viennent abriter leur petit monde, puis de nouveau la gloire éphémère du jour et de leur jouissance commune, sur environ dix kilomètres, le 4 juillet 1862. 

Trois ans plus tard, Alice a 13 ans, Lewis s’est dépêché d’imprimer son histoire, qu’elle se souvienne comme lui de ce jour-là à tout jamais, avant qu’elle ne soit pour de bon sous la terre ou, c’est tout comme, une adulte. Le révérend a bien raison : prenez Drew Barrymore, l’adorable fillette d’E.T. l’Extraterrestre, les annales des journaux à scandale se souviennent que le 4 juillet 1989, soit l’été de ses 14 ans, alors qu’elle a déjà effectué deux cures de désintox depuis sa découverte de la cocaïne, l’été précédent, elle est seule et saoule et désemparée en ce jour de fête nationale et tandis qu’au dehors on chante, on danse, on lance des fusées, l’enfant-star se taillade les veines avec un couteau de cuisine, l’incident est heureusement sans gravité.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire