mercredi 25 juillet 2018

Rêverie calendaire #322



Meurt Otto Dix.






Le 25 juillet 1788, Mozart, qui a 32 ans et un peu plus de trois ans à vivre, achève la quarantième de ses symphonies ; six ans plus tard André Chénier, qui en a 31 et encore cinq minutes, corne la page, dit-on, de la tragédie grecque qu’il lit en attendant son tour au pied de l’échafaud (la Terreur bat son plein), et la met distraitement dans la poche de sa veste, puis s’écrie, en désignant sa tête, juste avant qu’on ne la lui coupe : 

Pourtant (var. : C’est dommage), il y avait (ou j’avais) quelque chose là ! 

Quelque temps plus tôt son juge, Fouquier-Tinville, lui-même décapité moins d’une année après, lui avait lancé, dans un rare accès de franchise — ainsi, au moins, les choses étaient claires :
 

La République n’a pas besoin de poètes. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire