lundi 1 septembre 2008

Prompt le non redit oui




Je sens, moi ! Sentir pense vif.

Il sait exactement la chose

en tout point. Oui, pardonnez-moi,

sentir se figure une chose

plus noblement que la pensée.

En lui, pauvre de jugement,
juger juge plus vif, plus simple.

Je prise donc peu la pensée.
Pleine d’opinions et de poses,

elle ne fait que rabâcher.

Voilà, tels sont les faits, dit-elle,

Bornée en son mesquin verdict.

[…]

Oui, et pourtant non. Si j’étouffe

le oui, prompt le non redit oui […]
Non m’épuise. Oui a de la grâce.

Quoi que tu dises, je te crois.

[…]

La fin s’embrasse dans la fin

sans que le début soit fini.
 

Robert Walser, Blanche-Neige (Schneewittchen), 1902

traduction de Hans Hartje et Claude Mouchard



Aucun commentaire: