samedi 17 octobre 2015

Scénario




Penser comme quelqu’un d’autre, pendant une minute, je veux dire vraiment, avec tout le bloc, passé, mémoire, conceptions, pulsions, l’attirail complet, sans penser forcément à quoi que ce soit d’ailleurs, simplement regarder avec les yeux d’un autre, regarder dans le vide aussi bien, alors disons sentir, sentir comme un autre, sentir comme un autre cette minute passer. Une minute seulement : plus, ce serait trop. Le choc serait tel, la stupeur certainement, l’horreur peut-être, et puis il s’agirait d’éplucher les données, ensuite, revenu dans son cerveau, son corps, or plus d’une minute, et encore, trente secondes pour plus de sûreté, une brève sonde foudroyante, prudente, médicalement assistée, c’est bien assez, sinon une vie n’y suffirait pas.


4 commentaires:

X a dit…

Votre billet, court, qui ne prend pas plus de temps à lire que cette minute, dit tout ce qui pourrait s'écrire sur l'affaire, sinon, mille pages n'y suffiraient pas.... Parfait!

Didier da Silva a dit…

Merci ! Je l'ai écrit comme ça m'est passé par la tête.

jean-claude legros a dit…

La vôtre?

Didier da Silva a dit…

Si ça se trouve.