mercredi 4 avril 2018

Rêverie calendaire #210









Le 4 avril 1932, tandis que Tarkovski naissait à Zavrajié, Anthony Perkins l’imitait à New York ; le futur psychopathe fictif le plus célèbre au monde aurait dix ans lorsque dans les Ardennes vagirait Michel Fourniret. 

En 68, le jour des huit ans à Bristol d’Hugo Weaving, futur agent Smith dans Matrix, on assassinait Martin Luther King ; en 73, des officiels coupent un ruban sur le site du World Trade Center, dont l’érection avait mobilisé neuf cents millions de dollars et dix mille ouvriers — dont soixante étaient morts dans l’exercice de leur métier — en dépit des protestations d'une association écolo selon laquelle les tours et leurs cent dix étages barraient la route des migrateurs ; un an plus tard s’achevait le Super Outbreak qui, pendant dix-huit heures, avait fait trembler treize États, du Michigan à l’Alabama : cent quarante-huit tornades les avaient balayés sans pitié dont les plus grosses, huit cents mètres de diamètre chacune, furent celles de Monticello (Indiana), qui rasa la ville, et de Xenia (Ohio), seulement la moitié. 

Le 11 septembre 2001, le premier avion qui s’écrase sur la tour Nord du WTC contenait la photographe de mode Berinthia Berenson dite Berry, cinquante-trois ans, sœur de la fameuse Marisa (Mort à Venise, Barry Lyndon) et fille de la marquise Maria Luisa Yvonne Radha de Wendt de Kerlor, dite Gogo Schiaparelli ; l’année de l’inauguration dudit symbole de l’impérialisme, elle avait épousé Perkins, aussi pédé qu’il fût, pour lui donner deux fils, Oz et Elvis ; elle en était la veuve, le beau et sensible Tony (il n’eût pas fait de mal à une mouche) étant mort du sida en 92.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire