dimanche 17 juin 2018

Rêverie calendaire #284











Le 17 juin 1876, c’est la bataille de Rosebud Creek, 1300 soldats de l’Union, qui battirent en retraite, contre un peu plus de la moitié de Lakotas et de Cheyennes ; ou plutôt, pour ces derniers — l’un des leurs, encerclé, ayant été, à la dernière minute, pris en croupe par un cavalier qui n’était autre que sa frangine —, « Le Combat-où-la-Sœur-Sauva-le-Frère ». 

Neuf ans plus tard entrait dans le port de New York, à bord du bâtiment « L’Isère », la statue de la Liberté — de massacrer, apparemment — partie un mois plus tôt de Rouen. 

En 1939, à Versailles, on exécute, c’est la dernière fois, un assassin en place publique. Convaincu de six meurtres bassement crapuleux (fin juillet 1937, il étrangle sa première victime, dans l’automne qui suit les cinq autres sont expédiées d’une balle dans la nuque), le tueur au regard de velours, comme la presse le surnomma, venait d’Allemagne et s’appelait Eugène Weidmann ; bien fait de sa personne, il donna des chaleurs à nombre de femmes — dont les démonstrations, le jour qu’on le décapita, convainquirent justement l’État d'étêter, désormais, à huis clos — et à au moins un homme, un certain Jean Genet, qui fera de son nom le premier mot de son premier livre, Notre-Dame-des-Fleurs.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire