vendredi 29 juin 2018

Rêverie calendaire #296












Bernard Herrmann devient sexagénaire et prépare ses valises — il s’installera à Londres en août — cependant que Ray Harryhausen — qui vit dans la capitale anglaise depuis déjà une quinzaine d’années, et pour qui Herrmann a déjà composé les musiques du Septième voyage de Sinbad et de Jason et les Argonautes — a 51 ans et songe à son deuxième Sinbad, Le voyage fantastique, quand, au soir du 29 juin 1971, à onze heures et dix-sept minutes, quelque part au Kazakhstan, atterrit sans encombre et selon une procédure entièrement automatisée la capsule Soyouz 11, partie rejoindre la station Saliout 1 trois semaines plus tôt, avec à son bord trois cosmonautes russes. Malheureusement (vous l’attendiez), un dysfonctionnement des valves situées sous leurs sièges, et mesurant un millimètre de diamètre, qui devaient réguler la pressurisation en pénétrant dans l’atmosphère, avait laissé s’échapper en trente secondes tout l’oxygène de la cabine, alors située pour sa part à 168 kilomètres du plancher des vaches, de sorte que ce ne fut pas une capsule que l’équipe de sauvetage ouvrit en hâte, mais un tombeau.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire