mercredi 17 décembre 2008

Le silence des hommes



« La musique en effet est elle-même une sorte de silence, parce qu’elle impose silence aux bruits, et d’abord au bruit insupportable par excellence qui est celui des paroles. Le plus noble de tous les bruits, la parole ― car il est celui par lequel les hommes se font comprendre les uns des autres ―, devient, quand il entre en concurrence avec la musique, le plus indiscret et le plus impertinent. La musique est le silence des paroles comme la poésie est le silence de la prose, elle allège la pesanteur accablante du logos et empêche que l’homme ne s’identifie à l’acte de parler. Le chef d’orchestre attend pour donner le signal à ses musiciens que le public se soit tu, car le silence des hommes est comme un sacrement dont la musique a besoin pour élever la voix...
 » 

Vladimir Jankélévitch, Quelque part dans l’inachevé (1978)



Aucun commentaire: