jeudi 11 janvier 2018

Rêverie calendaire #127










À trois pas du dix-huitième siècle, au royaume de France, le vieux Charles Perrault publie moins d'une dizaine d'Histoires et contes du temps passé, avec des moralités (et leurs variantes), qu'il attribue à sa mère l'Oye pour simplifier, leurs auteurs s'étant dispersés dans les âges qui ont précédé, mais tous d'un aloi tel que leur éclat, à pareil jour (comme il est dit dans Riquet à la houppe), ne serait presque pas terni trois cent vingt ans après : c'est qu'on ne perd rien pour attendre, moralise à son tour La Belle au bois dormant (l'expression n'a alors rien de menaçant, au contraire, puisque l'on y gagne un prince jeune et amoureux, toujours vaillant). 

À pareil jour, donc, le 11 janvier 1906, naît en Suisse le chimiste Hofmann ; une fin d'après-midi, alors qu'il aurait trente-sept ans, il pédalerait comme un dératé, talonné par son assistante, de son laboratoire à ses appartements, en ayant l'impression pourtant qu'il était immobile sur une route oscillante : il venait d'expérimenter, le tout premier, le LSD (c'est pour mieux te manger le cerveau, mon enfant). Il meurt à cent deux ans.  







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire