vendredi 26 janvier 2018

Rêverie calendaire #142









Le 26 janvier 1947, tandis que Paul Newman, lequel était né dans l’Ohio et s’y trouvait encore (il y poursuivait ses études de Bachelor of Arts) après un détour par la U.S. Navy et le Pacific Theater (aucun rapport avec la comédie, c’est le nom que les Ricains donnaient au périmètre où ils en décousaient avec les Japonais), tandis que Paul Newman, donc, fêtait ses vingt-deux ans, naissent deux enfants de la balle, l’un à Paris et l’autre à Saint-Brieuc, qui se croiseront dix-huit ans plus tard, en 65, sur le tournage du Paris brûle-t-il ? de René Clément, où ils feront de la figuration, avant que leurs chemins divergent sans retour : à ma droite Michel Sardou, à ma gauche Patrick Dewaere. Dix-sept ans passeront encore — dans l’intervalle, lorsqu’ils ont vingt-six ans, le 26 janvier 1973, quelques semaines seulement après qu’il avait joué sa propre mort sur du Beethoven et du Grieg et le plateau de Soleil vert (il se sait condamné, cancer, mais seul Charlton Heston est dans la confidence), mourait le légendaire Edward G. Robinson, qui avait donné la réplique à Paul Newman en 63 dans Pas de lauriers pour les tueurs puis, l’année suivante, dans un remake de Rashômon — dix-sept ans passeront encore, donc, disions-nous, avant que le premier (grammaticalement) triomphe au hit parade avec Les Lacs du Connemara et que le second, n’y voyons aucun lien, se fasse sauter le caisson. 

(Dans son livre Du Ciel et de ses merveilles et de l’Enfer (1758), donné comme le récit de ses séjours mentaux dans ces lieux incroyables, le curieux philosophe Emmanuel Swedenborg, qui naîtra dans trois jours, le 29, rapporta que les anges étaient « saisis d’effroi » à la simple idée qu’il pût exister « deux êtres absolument semblables ». Les anges s’inquiètent pour rien.)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire