mardi 16 janvier 2018

Rêverie calendaire #132









Déjà qu'il ne faisait pas chaud, le 16 janvier fait froid dans le dos : ce jour-là, en 36, à Sing Sing, au bord du fleuve Hudson, l'heure n'est pas à la plaisanterie et ce n'est pas du poisson grillé qu'on sert à Albert Fish, l'effroyable Fish, avant qu'on ne l'assoie sur la chaise électrique, mais du poulet rôti (qu'on avait désossé ; il avait déjà tenté de se tuer avec les restes d'un T-Bone). Si farouche adversaire qu'on soit de la peine capitale, ce fumier hors concours ne l'avait pas volée. Il a dû aimer ça, du reste ; il aimait avoir mal presque autant que faire mal. On lui donna les surnoms d'ogre, de loup-garou, de croquemitaine ; il mangeait des petits New-yorkais ; ce n'était pas la pire des choses qu'il leur faisait. Il en déféqua des centaines, suppose-t-on, s'il faut dire les choses comme elles sont ; il était aussi coprophage. L'enfer est vide, disait Shakespeare.

Douze ans plus tard, environ trois cents miles plus au nord, à Carthage, naissait le cinéaste John Howard Carpenter, responsable entre autres du Prince des Ténèbres et de L'Antre de la folie, d'aimables fantasmagories comparées à une bonne journée du "Vampire de Brooklyn" (un autre des surnoms de Fish) ou, lorsque John eut vingt-et-un ans, le 16 janvier 1969 (il étudiait alors le cinéma dans une fac de Californie), aux souffrances de Jan Palach, de huit mois plus jeune que lui, quand celui-ci s'immola par le feu, place Venceslas, en Tchécoslovaquie. (Car tous les démons sont ici, ajoutait Will.)








Ce même 16 janvier 1969 mourait le plus souriant Vladimir Alexandrovitch Dukelsky dit Vernon Duke, à qui l'on doit des standards comme Autumn in New York ou April in Paris.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire