vendredi 12 janvier 2018

Rêverie calendaire #128











Le 12 janvier, en 2010, la faille d'Enriquillo se rompt, à la jonction des plaques américaine et caraïbe : ce séisme qu'on dit custral, car il se situe dans la croûte, à moins de dix mille mètres du macadam, fait de Port-au-Prince un champ de ruines (chose évitable sur le papier, mais Haïti était trop pauvre pour renforcer ses édifices), trois cent mille morts, autant de blessés, plus d'un million de gens sans toit en deux minutes et demie. 

Le désastre est rapide. Le néant dure longtemps. L'extase est courte. L'art est lent. En 1926, ce jour-là, lorsque Feldman naît dans le Queens, le terre ne tremble pas. C'est l'hiver. Morton n'aura pas froid : son père coud des manteaux d'enfant. Cinquante ans plus tôt exactement, à San Francisco, naissait Jack London — dix ans auparavant ses reins avaient lâché, pas si solides qu'on se l'imaginait. C'est le problème avec les artistes : une fragilité structurelle. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire