mardi 20 mars 2018

Rêverie calendaire #195








Le 20 mars, c’est le printemps, l’éphéméride met les petits plats dans les grands, on fête Ovide (-43) et Hölderlin (1770), et jusqu'à Désiré Nisard qui se radine en 1806 sans se douter qu’Éric Chevillard (né au printemps in extremis, un 18 juin) entreprendrait de le démolir deux siècles après exactement, prouvant par là qu’il n’était pas fatal qu’une commémoration soit un concert de louanges, la mémoire n’est pas une ravie de la crèche, ni le printemps une saison niaise, le mauvais se mélange au bon (l’hiver amer n’est pas si loin, Ovide et Friedrich vous en parleront), ainsi le 20 mars 1933, le jour des dix-huit ans de Sviatoslav Richter, qui n’est alors qu’un jeune pianiste autodidacte dont le monde ignore encore le génie, la vie et l’art à l’état brut — ce jour-là, à Dachau, malgré l’odeur des arbres en fleur, le premier des camps de concentration nazi ouvre ses portes.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire