mardi 27 mars 2018

Rêverie calendaire #202









Jusqu’au 27 mars 1977, « jamais un Boeing 747 n’avait été mêlé à un accident aérien », note dans un cahier et dans un français à nul autre pareil, au lendemain du double crash, le schizophrène américain Louis Wolfson. « Mais est-ce que cette invraisemblable invulnérabilité du jumbo-jet voulait dire, insinuait que l'homme pouvait atteindre un tel degré de perfection où serait réduit énormément le tragique dans le monde au lieu de continuer d'être multiplié incommensurablement ? » ajoutait-il avec espièglerie. 

La question était rhétorique. Au même moment, nous sommes à Manhattan, sa mère était enfin/hélas en train de mourir d’un cancer. « J'en doutais fortement. Ça ne pouvait pas durer, m'étais-je dit.
 Mais malgré tous les vols d'avion malencontreux, le géant qu'était le 747 avait continué d'avoir la vie toujours sauve. Ainsi l’ahurissante nouvelle me donnait-elle, entre autres choses, évidemment le sentiment d'un rattrapage. » 

Évidemment. Louis, qui haïssait sa langue maternelle et avait développé des prodiges d’invention pour éviter de la pratiquer comme de l’entendre, se tenait informé grâce aux radios étrangères (sa hantise lui a fait apprendre, seul, cinq ou six langues, mais c'est le français qu'il préfère). « La voix parvenant de Cologne disait que deux jumbo-jets, et non un seul (donc un double rattrapage !), pleins de monde, dans le brouillard à Santa-Cruz de Ténériffe... ! "Voilà que les choses rentrent une fois de plus dans l'inéluctable ordre logique d'ici-bas !" devais-je songer. »

Cette collision spectaculaire au-dessus des îles Canaries avait fait près de six cents morts ; ce même jour Francis Ponge et Sarah Vaughan fêtaient respectivement soixante-dix-huit et cinquante-trois printemps, Mstislav Rostropovitch devenait quinquagénaire, Tarantino avait quatorze ans. Le 27 mars vit également naître ou mourir deux auteurs de science-fiction dont le nom, ce n’est pas si commun, ne comporte que trois lettres (et qui tous deux inventèrent une planète, sauvage pour le premier, pensante pour le second) : Stefan Wul en 1922 et Stanislas Lem en 2006. Enfin il ne fait pas bon, ce jour-là, d’avoir un patronyme finissant par « er » : meurent Maurits Cornelis Escher, Billy Wilder et Farley Granger.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire