samedi 24 février 2018

Rêverie calendaire #171











Le 24 février est premier dans les charts et gay-friendly. En 54, Michel Legrand a vingt-deux ans et s’apprête à publier son premier disque, I Love Paris, dont il s’écoulera huit millions de copies, lorsque naît à Bruxelles, d’un père français et d’une mère ukrainienne, un certain Roger Jouret, lequel à vingt-trois ans et sous le nom de Plastic Bertrand vendra huit millions de Ça plane pour moi. Quand Plastic aura quarante ans, en 1994, mourront en même temps, respectivement à Beverly Hills et à Cannes — villes jumelées depuis 86 —, la délicieuse chanteuse Dinah Shore, soixante-dix-sept ans, animatrice de shows télé très populaires aux USA dans les années 50 et suivantes, qui hantait par ailleurs les greens et donna son nom, et à un tournoi de golf féminin, et à un festival lesbien se tenant à sa marge, Le Club Skirts Dinah Shore Week-End, à Palm Springs ; et le non moins délicieux Jean Sablon, son aîné de dix ans, célèbre dès 37 avec Vous qui passez sans me voir et qui cette même année rencontra aux États-Unis, où on le surnomma bientôt The French Troubadour, l’amour de sa vie, un ex-G.I. robuste et blond, Carl Galm, pudiquement présenté comme son manager et qui, inconsolable, le rejoindrait peu de temps après, dans leur caveau de Montparnasse.



1 commentaire:

  1. (le non-moins, peut-être pour Jean Sablon, l'ami du microphone...)

    RépondreSupprimer