mercredi 28 février 2018

Rêveries calendaires #175 et #175 bis









Le 28 février 1894, un an avant Pagnol à Aubagne, naît à New York City un meilleur scénariste, Ben Hecht — pour Hawks, Lubitsch et Hitchcock, entre autres, sans compter les dizaines de scripts passés entre dix mains qu’il a rapetassés sans être crédité (Ben et Marcel mourront d’ailleurs, à dix ans d’écart, un 18 avril : curieux frères de calendrier). À Chicago, sur scène depuis dix ans déjà, l’enfant de la balle Lester Anthony Minnelli, dit Vincente, a treize ans, en 1916, le jour de la mort d’Henry James ; puis c’est en 57 que naît l’acteur John Turturro — à Brooklyn comme le fameux mafieux Benjamin Siegel dit Le Dingue, en 1906 — tandis qu’au même moment, pour la toute première fois, dans le franco-belge Journal de Spirou, Gaston Lagaffe apparaissait fallacieusement, peigné et gominé, en costume et nœud papillon : l’air ahuri leur va si bien. 











Naissances et morts du 29 février forment une aristocratie naturelle : les places sont rares, les listes courtes. Parmi les premières ne sont réellement mémorables que celles de Rossini et de Simone Roussel, dite Michèle Morgan ; dans les secondes, c’est plus concluant, on relève le shérif Pat Garrett, qui abattit Billy the Kid, et Félix Fénéon, l’auteur des Nouvelles en trois lignes : abrégeons, abrégeons. 

(Il nous faut pourtant ajouter qu’il y eut un 30 février, un seul, en Suède, en 1712, suite à des tergiversations dans le choix du calendrier ; sur la page que Wikipédia lui consacre sont mises en lien les calendes grecques et la Saint Glinglin, nous vous y renvoyons pour plus d’informations.) 



1 commentaire:

  1. La Saint Glinglin me met en joie... à la Saint Glinglin (0_0).

    RépondreSupprimer